Comment le rhum de Martinique est-il fabriqué ?

Êtes-vous un amoureux des boissons spiritueuses ? Si oui, le rhum de Martinique est une eau-de-vie qui pourrait vous intéresser. Caractérisé par une limpidité, une faible agressivité et une finesse aromatique, ce liquide alcoolisé est apprécié par de nombreux consommateurs. Comment est-il fabriqué ? Pour le découvrir, lisez la suite de cet article.

Quelle est la technique de préparation du rhum de Martinique ?

Si vous aimez savourer ou goûter du rhum de Martinique, il est important que vous sachiez comment il est fabriqué. Vous devez en tout premier lieu retenir que cette eau-de-vie est faite à partir de la canne à sucre. Ainsi, il faut au préalable couper et décharger cette plante puis procéder au broyage en utilisant des broyeurs.

Lire également : L’intérêt de la glace carbonique pour la conservation des aliments

Après cette étape, le jus extrait est acheminé vers des cuves de fermentation. Il va entrer dans la phase de fermentation lorsque des levures lui seront ajoutées pour devenir la grappe puis le vin. Le jus fermenté sera par la suite distillé dans la colonne à distiller. Cette phase commence par un principe de montée en température qui est assuré dans le chauffe-vin avant l’entrée du vin par le haut de la colonne à distiller. Le liquide va maintenant descendre de plateau en plateau. Au cours de cette descente, l’alcool qu’il contient est capté par la vapeur produite par la chaudière lorsque cette dernière sera en train de remonter. C’est ainsi que naît le rhum agricole avec de l’alcool à 70° environ. Avant d’être destinée à la consommation, cette eau-de-vie brute va passer dans une éprouvette pour une vérification de son degré et de son taux de cristallinité.

Lorsque le rhum est obtenu, il peut être stocké dans des cuves en inox ou élevé pendant une longue période dans un fût. Dans le premier cas, l’alcool est laissé à la maturation pendant un temps minimal de 2 mois avant d’être détitré avec de l’eau fraîche de la montagne jusqu’à une valeur comprise entre 40 et 62°. On obtient donc le rhum blanc prêt à la consommation. Dans le second cas, c’est le rhum ambré ou le rhum vieux qui est obtenu selon que la durée de stockage est comprise entre 12 et 24 mois ou est de 3 ans au minimum.

A lire aussi : Choisissez du pain bio pour respecter votre santé !

vous pourriez aussi aimer